15.2 C
Paris
lundi, juin 17, 2024
AccueilÉconomieThéories EconomiquesLe principe du pollueur-payeur (PPP)

Le principe du pollueur-payeur (PPP)

Date:

Menu

Le principe du pollueur-payeur (PPP) est un concept économique et environnemental qui vise à faire supporter les coûts de la pollution par ceux qui en sont responsables. L’idée fondamentale est que ceux qui émettent des polluants dans l’environnement devraient assumer les coûts associés à la dégradation de cet environnement. Ce principe est conçu pour inciter les acteurs économiques à internaliser les coûts environnementaux de leurs activités, les encourageant ainsi à adopter des pratiques plus propres et respectueuses de l’environnement.

« Si vous polluez, vous devez payer »

Origines du principe du pollueur-payeur

Le principe du pollueur-payeur trouve ses origines dans le mouvement environnemental des années 1970. Il a été popularisé par l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et a depuis été intégré dans de nombreuses législations nationales et internationales. Il fut reconnu par l’Union EUropéenne en 1987 et par la conférence des Nations unies sur l’Environnement et le développement à Rio en 1992. Le PPP est un élément clé de la loi internationale sur la protection de l’environnement.

Le PPP en application

Le PPP s’attache à estimer le coût de la pollution et en attribue la responsabilité aux pollueurs, en se basant sur la théorie de l’efficience économique qui vise à refléter dans les prix l’ensemble des coûts de production et sur le principe de responsabilité et d’équité. Ainsi le coût de fabrication réel devrait aussi tenir compte de la totalité des coûts de la pollution éventuelle.

« la nature nous offre le déjeuner gratuit, mais seulement si nous moderons nos appétits »

William Ruckelshaus
  • Taxes pigouviennes : Ces taxes visent à internaliser les coûts externes de la pollution en imposant une taxe sur les activités polluantes. Par exemple, une taxe sur les émissions de dioxyde de soufre provenant des usines.
  • Taxe carbone : Elle vise à faire payer les émetteurs de gaz à effet de serre en fonction de la quantité de CO2 qu’ils émettent. Cela encourage la réduction des émissions et la transition vers des sources d’énergie plus propres.
  • Permis de pollution (ou droits d’émission négociables) : Les autorités gouvernementales fixent un plafond global d’émissions polluantes et émettent des permis à cet effet. Les entreprises peuvent acheter, vendre ou échanger ces permis. Cela crée une incitation économique pour réduire les émissions.

Les limites du principe du pollueur-payeur

  • Inégalités sociales : Les coûts de la pollution peuvent être supportés de manière disproportionnée par certaines communautés ou groupes sociaux, ce qui peut accentuer les inégalités.
  • Complexité de l’évaluation des coûts : Il peut être difficile de quantifier les coûts exacts de la pollution, ce qui rend complexe la détermination des tarifs et des taxes appropriés.
  • Possibilité de délocalisation : Les entreprises pourraient être tentées de déplacer leurs opérations vers des régions où les normes environnementales sont moins strictes, entraînant une délocalisation de la pollution plutôt qu’une réduction effective.
  • Nécessité d’une surveillance et d’une application efficaces : Pour que le principe du pollueur-payeur fonctionne, il est crucial d’avoir des mécanismes de surveillance et d’application robustes.
finpedia.frhttp://finpedia.fr
La passion de la Bourse et de la Finance

Rejoignez Finpedia

- Ne manquez aucune notification

- Accédez à nos articles Premium

- Accédez à nos articles sur tous vos appareils

Sur le même sujet